Guy Biraud

Né le 8 Aout 1924 à Fontenay le Comte Patrie du père de l’algèbre Francois Viete. Guy Biraud passe son enfance à Saint Pierre du Chemin. village du bocage Vendéen.

Un jour le fils du ferblantier construit un recepteur radio à galène, les habitants se pressent pour écouter la Tour Eiffel… Le sort en est jeté, il sera passionné par tout ce qui touche à la radio.

Adolecsent il vit a Paris ou son père mecanicien automobile lui fait découvrir les nombreux musées de la Capitale. Il frequente assidument Le Palais de la Decouverte où les experiences lies a l’electricité le passionnent.

Etudiant futur ingenieur chimiste il n’hésite pas a se perfectionner en suivant au CNAM de Paris des cours de téléphonovision dispensés par Marc Chauviere pionnier de la télévision en France.

Après ses études, chargé de mission auprès de 5 ministres, il decide de créer son affaire en 1949. Sans moyen, iI bobine ses premiers transformateurs dans sa cuisine à l’aide d’un phonographe a rouleau Edison modifié.

Ouest France 1er Mars 1988

La Société BC grandit et c’est en chef d’entreprise audacieux qu’il n’hésite pas à confier le dessin de sa nouvelle usine de Fontenay le Comte à Georges Mathieu considéré comme la figure de proue de l’abstraction lyrique. L’oeuvre de ce peintre termine la grande aventure de la peinture de chevalet. L’artiste dessine une usine en format d’etoile qui fera la une des magasines jusqu’au Etats Unis et a laquelle Frederic Rossif réalisera un reportage télévisé.

Tandis que BC prospère, Guy Biraud collectionne les appareils de physique, la TSF, la Radio, la Télévision, les appareils photographiques et les Automobiles. Il les traque en se livrant a de veritables enquètes pour remonter aux pionniers… Il les chine partout dans le monde lors de ses voyages professionnels.

Il rachète BARDON la plus vieille maison spécialisée dans la construction éléctrique. Après avoir vendu BC il se lance dans la construction de véranda et rachète une imprimerie pour sauver la presse visible dans le salon Gutemberg.

il va sauver et restaurer l’exceptionnelle machine à vapeur abritée à Pignerolle sous une veranda de sa conception.

Guy Biraud a toujours su allier les qualités d’un chef d’entreprise à la sensibilités d’un artiste. Cette personalité hors du commun lui a permis de mener à bien des projets ambitieux comme celui du Musée de la Communication qu’il a crée avec l’indispensable complicité de son épouse Paulette.

En 2001 il decide de prendre une retraite bien meritée et fera donation de son incroyable collection à L’Agglomération D’Angers avant de se retirer dans sa Vendée Natale. Il décèdera le 4 Juin 2013 à l’age de 88 ans

Retour

Les commentaires sont fermés.